Aller au contenu

Résilience alimentaire : la ville de Bollène mal notée

image_pdfConvertir en fichier PDFimage_printImprimer

Alexandre Boisson, expert en sécurité systémique et conseiller stratégique de la Brigade DICRIM, s’exprimait dans Le Dauphiné Libéré le 20 novembre 2021 au sujet du risque majeur de pénurie alimentaire sur la ville de Bollène et les communes avoisinantes.

La production alimentaire locale est très loin de couvrir les besoins en cas de rupture des chaînes d’approvisionnement.

Rien n’est prévu par les autorités. La crise qui en résulterait serait majeure, l’ordre public serait troublé.

Alexandre Boisson accompagne les communes souhaitant combler cette lacune (pas de stock alimentaire stratégique, pas de prise en compte de ce risque dans les plans ORSEC…) :

  • En sensibilisant l’équipe communale
  • En concertation avec les acteurs locaux et en prenant en compte le contexte spécifique de la commune, en travaillant sur une stratégie et des pistes de solutions en complétant Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)
  • En adaptant Le Dossier d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) permettant d’alerter et préparer les citoyens à ce risque majeur

Il est temps de regarder la réalité en face, nous sommes vulnérables, et devons nous mettre en route pour que notre futur ne soit pas un désastre.

Merci à Clémentine Chaz de Vaucluse Matin de nous rappeler à quelle point notre situation est critique, Bollène n’est malheureusement qu’un exemple parmi la multitude des communes françaises.

La nécessité de communiquer sur le sujet paraît évidente, les citoyens doivent comprendre que sans eux tout sera très difficile.

Alexandre Boisson

CONSULTANT EN SÉCURITÉ SYSTÉMIQUE Accompagner les élus dans la compréhension des risques systémiques. Mettre en place des solutions pour leur permettre d'anticiper les impacts sur la population

6 commentaires sur “Résilience alimentaire : la ville de Bollène mal notée”

  1. Monsieur BOISSON , qui êtes vous? Pourquoi et pour qui agissez vous? le faites vous à titre privé moyennant honoraires ou êtes vous mandaté par une collectivité territoriale? ce n’est pas du tout clair dans cet article;

  2. M. Brossard,

    Vous me demandez: « Monsieur, qui êtes vous? »

    Et vous ? Que faites-vous pour protéger les ventres de ceux que vous aimez ?

    Pour ma part, je suis un citoyen soucieux de la sécurité de ma famille et mes concitoyens. Je suis aussi un citoyen qui respecte la loi 2004-811 de modernisation de la sécurité civile à son article 3. La protection à haut niveau était mon métier, 9 ans au GSPR. Je continue désormais dans le cadre associatif.

    Gratuitement, depuis 4 ans (déjà) à travers l’association SosMaires.org que j’ai co-fondé, j’alerte sur les vulnérabilités qui pourraient coûter beaucoup de vies humaines. Elles encourent des risques majeurs tellement le mépris pour le devoir de sensibilisation des populations nous met chaque jour un peu plus en danger à l’heure des cyberattaques régulières.

    Je combats ce mépris tout comme le biais de surconfiance qui tiennent parfois de l’infraction pénale. Au regard de la mauvaise volonté de « certains responsables » ne voulant pas voir les vulnérabilités de nos modes de vies connectés et dépendants de circuits longs pétrolivores, les citoyens doivent considérer la loi 2004-811 de modernisation de la sécurité civile. Ils le doivent pour leur propre protection et poser des questions à leurs communes ce qui est CONCRÉTEMENT prévu localement pour eux en cas de « cyber pearl harbor » (renseignez-vous). Pour impliquer le citoyen, qu’il devienne acteur des solutions de resilienceS (alimentation, énergie, santé , il faut d’abord qu’il soit conscient des risques majeurs de sa commune (dont fait partie le risque cyber !) .

    Ces mauvaises volontés manifestes (de « responsables ») et ces manquements à la prudence conduisent d’ailleurs à certaines mises en examen, mais parfois trop tard, une fois les désastres vécus par ceux qui avaient confiance en ceux qui prétendaient « avoir tout géré ».

    Mon intervention sert donc, sans mandat, mais conformément au droit, à tenter d’éviter les désastres et les mises en examen judiciaires bêtes…

    Je lutte contre les mépris et les incompétences en termes de sécurité, je me bagarre contre l’état d’esprit ne souhaitant rien remettre en question de ses croyances (que tout va continuer comme avant) par carriérisme ou déni (si ce n’est pire comme expliqué par Martine Donnette et Claude Diot).

    Rassurez-vous je ne m’enrichis pas avec mon métier de formateur aux élus, je donne bien trop gratuitement d’informations depuis des années, ceci sans compter, pour que d’autres le fassent à ma place (s’enrichir). Je le fais pour que ceux que j’aime ne soient pas piétinés par des foules en panique, des foules trahies comprenant trop tard les manquements aux obligations de sécurité devant des rayons de supermarchés vides, des foules prises au piège ( la trouille et la faim au ventre) d’une résilience alimentaire locale absente.

    J’espère avoir répondu à vos questions.

    Cordialement,

    Alexandre Boisson

  3. Est-ce que tous les maires de France ont reçu votre article ?
    J’aimerais que le maire de ma commune soit averti.
    Merci de votre travail et de votre vigilance.
    Cordialement,
    M. Sarazin

  4. Nous sommes tous concernés maintenant nous avons certaines cartes en main pour agir du mieux possible je vais me renseigner et écrire à la mairie car demain nous allons faire face à une incompréhension pour certains quand d’autres se prépare au mieux merci pour toutes vos informations et conseils

Répondre à Brigade DICRIM Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.