Article dans La Presse du Doubs sur Libres & Bulles

LIBRES & BULLES dans La Presse du Doubs

Cet article Libres et Bulles milite pour la résilience des êtres et des écosystèmes paru le 30 avril dans La Presse du Doubs, blog d’actualités de La Presse Bisontine (Besançon), La Presse Pontissalienne (Pontarlier) et du journal « C’est à dire », est une reprise de la version papier de l’article qui avait été initialement publié sur La Presse Pontalissienne.

Article : Libres et Bulles milite pour la résilience des êtres et des écosystèmes
L’article initial dans la Presse Pontalissienne

L’association Libres & Bulles fait partie des partenaires de la Brigade DICRIM.

Carine s’exprime au nom de son association et fait part de son inquiétude sur le risque de pénurie alimentaire en cas de catastrophe naturelle ou humaine. C’est le fondement même de l’action de La Brigade DICRIM qui est mentionné comme partenaire dans l’article. Carine a en effet suivi la procédure de la Brigade DICRIM en interrogeant en début d’année par courrier le préfet Joël Mathurin : est-on en mesure de nourrir la population en cas de force majeure ? C’est quelque chose de capital sur les mesures qui seraient prises au niveau local, en cas de crise alimentaire. Elle n’a pas eu de réponse pour l’instant.

L’article rappelle le cheminement de Carine et d’Adrien dans leur engagement avec l’association Libres et Bulles dont la mission est de « contribuer à la régénération, à la résilience et à l’épanouissement des êtres et des écosystèmes dans une vision au long terme » en s’adressant à tous : particulier, groupe, association, collectivité… Sous forme de rencontres, ateliers, découvertes d’éco-villages, retours d’expériences, de l’accompagnement et du soutien, notamment pour faire face à l’éco-anxiété.

En parallèle de notre propre évolution, nous souhaitons faire passerelle à notre niveau vers un monde plus respectueux du vivant, rendre la permaculture accessible au plus grand nombre et se relier, apprendre et partager nos connaissances et expériences

Carine Montois, Libres & Bulles

Elle rappelle également le message de la Brigade DICRIM, qui interroge sur les risques majeurs liés à notre extrême dépendance au pétrole, à des chaines logistiques alimentaires en flux tendu (2 à 3 jours de stock dans les magasins) et aux cas de défaillance multiples : crise sanitaire qui affecterait les chauffeurs routiers, cyberattaques sur les chaînes logistiques, grèves prolongées, blocage des routes… Les conséquences seraient évidemment dramatiques et le seront à cause de l’impréparation des citoyens et des responsables de la sécurité civile. Il est urgent de prendre en compte ce risque majeur, de l’intégrer dans le Dossier d’Information Communal sur les RIsques majeurs (DICRIM) pour informer les populations des moyens qui doivent être nécessairement mis en oeuvre pour assurer une résilience alimentaire des territoires, en favorisant la production alimentaire locale, les circuits courts, etc. C’est tous le sens des partenariats de la brigade DICRIM avec des organisations en capacité de mettre en oeuvre des solutions locales.

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.