Répondre à : Une cyberattaque pourrait vous priver d’eau potable

Brigade DICRIM – Alerter et agir sur la résilience alimentaire Forums Général Une cyberattaque pourrait vous priver d’eau potable Répondre à : Une cyberattaque pourrait vous priver d’eau potable

#3949
Rachel
Participant

Ce n’est pas en lien avec une cyberattaque. J’ai appris cela par une referente du Dauphiné sur un réseau social. Aucune information de la part des maires des communes concernées auprès de leur population, ce qui n’est pas vraiment normal. Je vais très probablement adresser un mail bienveillant à la mairesse de ma commune a ce sujet pour savoir si des solutions sont envisagées, hormis des bouteilles d’eau dont la qualité laisse à désirer avec le plastique en plus. Bonne journée. Rachel

Voilà :
Isère : un résidu de pesticide présent dans l’eau de nombreuses communes.
Des résidus d’un dérivé de pesticide, l’ESA métolachlore, ont été retrouvés dans l’eau du robinet de plus de 130 000 habitants du Nord-Isère. Cette présence soulève plusieurs questions au premier rang desquelles : est-ce qu’il y a un risque pour la santé ?

Qu’est-ce que c’est, l’ESA métolachlore ?
L’ESA métolachlore, est un métabolite*, un résidu du S-métolachlore, une molécule herbicide utilisée majoritairement au printemps dans le désherbage agricole des cultures du maïs, de la canne à sucre ou du tournesol. Cette molécule est elle-même un dérivé du métolachlore qui, lui, est interdit d’utilisation en France depuis 2003. Le S-métolachlore reste l’un des pesticides les plus utilisés au monde pour ses propriétés herbicides. Autorisé en France depuis 2001, il est présent dans neuf produits de désherbage destinés à l’industrie agricole.

La limite de précaution de 0,1 microgramme par litre, fixée au niveau européen, est dépassée chroniquement sur 38 réseaux d’eau du Nord-Isère.

Quelles communes sont concernées en Isère ?

Les captages d’eau où les analyses ont montré des dépassements chroniques du seuil limite de précaution de 0,1 microgramme par litre en ESA métolachlore, sont situés sur les communes suivantes : Biol, Châteauvilain, Villeneuve-de-Marc, Éclose-Badinières, Châtenay, Porte-des-Bonnevaux, Gillonnay, Bossieu, Ornacieux-Balbins, La Côte-Saint-André, La Frette, Beaufort, Marcilloles, Thodure, Sardieu, Sillans, Saint-Geoirs, Saint-Hilaire-de-la-Côte, Saint-Siméon-de-Bressieux, Champier, Le Mottier, Ruy-Montceau, Rives, Saint-Alban-du-Rhône, Saint-Maurice-l’Exil.

Néanmoins, ces captages peuvent alimenter aussi des villages voisins, allongeant ainsi la liste des communes concernées par ces non-conformités chroniques.

Pour savoir si vous êtes concerné par ces dépassements de seuil, saisissez l’adresse suivante dans votre navigateur, puis suivez les indications qui s’affichent : https://carto.atlasante.fr/1/ars_metropole_udi_infofactures.map

Source : Le Dauphiné Libéré – 06/12/2021